A l’ère du digital, nombreux sont ceux qui pensent que le numérique domine le champ de la communication et de l’information. Pourtant, force est de reconnaître que l’imprimé n’est pas un support en voie de disparition.

Nos sociétés modernes ne pourront effacer, d’un revers de manche et en quelques décennies, des millénaires de pratiques. Du papyrus à Gutenberg, notre civilisation reste marquée par l’écrit, par un attachement à la matière et à l’univers tangible.

C’est sans doute pourquoi, les entreprises consacrent aujourd’hui près de 60% de leur budget à la communication print. Celle-ci renvoie à l’ensemble des imprimés qui servent de supports à la publicité et au marketing notamment.

Nos boîtes postales en offrent quotidiennement une illustration avec les catalogues, les flyers, les dépliants publicitaires, les plaquettes commerciales, les cartes postales et les cartes de visite. Plusieurs arguments plaident en faveur de ce modèle de communication.

La complémentarité du support print et du digital.

Le support print est et a toujours été incontournable. En effet, à l’heure où on ne peut plus se passer du digital, le support print reste un élément complémentaire et répond à des critères auxquels le digital ne pourra jamais faire face.

Effectivement, il est possible de passer par plusieurs supports pour optimiser la force de frappe et ainsi d’aboutir aux objectifs escomptés que ce soit au niveau commercial ou au niveau de la notoriété, si l’objectif est de développer cette dernière.

Le digital ne se distribue pas, or, la PQG (presse quotidienne gratuite) ainsi que les flyers ou échantillons arrivent directement entre les mains de cibles potentielles ou mis à la disposition directe et concrète. Ce qui laisse encore un large périmètre aux supports papiers qui ne diminuent pas face au numérique et qui sont encore très prisés par les entreprises, les agences ou les communicants qui doivent prévoir d’envisager les leviers les plus efficaces possibles pour répondre aux objectifs.

En terme créatif, le support papier tel que les dépliants permettent de jouer avec le support et d’en exploiter un axe créatif qui peut être remarqué, cela est aussi valable pour les formats affiches et autres supports imprimés qui peuvent encore nous surprendre !

Aussi, les flyers et dépliants, au-delà de leur format pratique, permettent d’être plus impactant en étant distribué de manière locale pour drainer des visiteurs dans une enseigne, par exemple, qui souhaite proposer une promotion éphémère et a besoin de communiquer de façon ponctuelle pour l’occasion. Le flyer ou dépliant distribué possède également des avantages non négligeables, au niveau rapport qualité, prix et efficacité, le flyer est efficace et peut présenter un rendu qualitatif à des coûts moins élevés que sur d’autres supports print ou digitaux. Le flyer permet aussi de proposer aux clients potentiels le format de couponing qui fonctionne généralement assez bien puisqu’il incite à l’achat.

Une civilisation du print sur les territoires du numérique.

En dépit de la montée en puissance de l’utilisation du numérique, il reste que certains usages ont la vie dure. Les analyses autour du livre numérique ont en effet montré que la lecture, l’attention et la mémorisation s’affranchissaient difficilement du support imprimé, tandis que certains annonçaient pourtant sa disparition. Les professionnels l’ont bien compris, en adaptant les technologies et les formats aux habitudes des usagers.

Il en résulte qu’une bonne communication doit tenir compte de tous les usages, qu’ils soient numériques ou imprimés, afin de ne se priver d’aucun point de contact avec sa cible. Loin d’être en opposition, communication print et numérique se révèlent être complémentaires.